Lapin - Présentation

Tout le monde le connaît. Présent sur notre département de façon irrégulière suite aux différents remembrements et implantations de mono culture, on en trouve dans les secteurs où dominent prairies et bosquets où il peut se nourrir et se cacher. En déclin depuis de nombreuses années, nous devons l'aider à redevenir ce gibier de base que nous avons connu.

Description de l'espèce

Le lapin de garenne est un lagomorphe de la famille des léporidés.

Adulte, il pèse environ 1,2 Kg, vit en groupes familiaux de deux à dix individus, auxquels se rajoutent les jeunes de l'année. Il est régi par une hiérarchie sociale dans des garennes sur un territoire familial de un à trois hectares. Il le défend contre toute agression y compris d'autres congénères.

On le trouve plutôt en plaine en dessous de 1500 m d'altitude. La garenne est constituée d'une multitude de terriers qui communiquent entre eux.

Le lapin est herbivore. Il se reproduit de janvier à septembre et donne naissance à 10 ou 15 lapereaux dans l'année. La mortalité des jeunes est très importante (jusqu'à 60 à 80%) due aux maladies, travaux agricoles, prédation.

Pouvant se reproduire dès 4 mois pour les femelles, les populations arrivent malgré cela à augmenter si les conditions sont favorables.

Après reproduction, l'effectif d'une population peut être multiplié par 2 à 3 les bonnes années.


Explication du déclin

Si, par endroit, le lapin se porte bien, nous assistons malgré nous à un déclin  sur le département.
Les raisons principales sont une détérioration du biotope, une grande prédation et des attaques de maladies qui sont capables d'exterminer une population en peu de temps.